Archives de Catégorie: Chant Grégorien

Gospodi pomiluj


Publicités

La vision de Tondal

Où écouter du Chant Grégorien???

….

Tous les dimanches matin

à l’Église Saint Pierre du Gros Caillou à Paris..

À  10h45…il y a une messe grégorienne accompagnée de tous les chants: Introit, Graduel, Alleluia, Offertoire et Communion du dimanche liturgique.

Le choeur est dirigé par une chanteuse qui a une voix formidable….À aller écouter sans modération….

Vous pouvez même venir chanter, la répétition à lieu le samedi après-midi à 15 heures…puis rendez-vous le dimanche matin à9 heures pour peaufiner les voix et les chants avant la messe.

L’église se trouve rue Saint Dominique métro École militaire ou la Tour Maubourg.

..

Le Chant Grégorien, aperçu…

…..

Petite histoire du chant grégorien

     Durant les trois premiers siècles de l’ère chrétienne, les communautés chrétiennes naissantes adoptent la tradition juive de la récitation des psaumes (petit clin d’œil à mon père était juif). Cette période aboutira à la naissance du chant grégorien.

    En l’an 600, le pape Saint Grégoire décide d’officialiser les textes liturgiques, il crée un ensemble liturgique musical (même si ce n’est pas lui qui en a composé les mélodies, n’étant pas musicien), qui portera son nom un peu plus tard.

    Vers 850 apparaît le début de l’écriture musicale. Ce seront des petits signes conventionnels, les neumes, ajoutés au-dessus des mots. Les neumes donnent des indications expressive, indiquent si la mélodie monte ou descend et signalent si une note est plus haute ou plus basse que l’autre.

 En 1030 le moine Guy d’Arezzo invente la portée musicale à quatre lignes.

.….

Essence et interprétation du chant grégorien

    Ce genre de musique se distingue de la musique moderne par les formes spéciales de sa notation, par le caractère de sa tonalité et de ses modes, et par la nature de son rythme.

    Le chant grégorien se définit comme un répertoire exclusivement vocal et entièrement monodique. Il est chanté à l’unisson.

    Le premier procédé musical existant consistait à noter des signes au-dessus du texte. Ces signes, que l’on appelle neumes indiquent le rythme et les nuances dans le chant. Il est maintenant transcrit en notation carrée,  sur une portée à quatre lignes précisée par une clé d’ut ou de fa.

   Il existe huit modes :

  • 1er mode : tonique RÉ, dominante LA « Gravis » – la maturité acquise : c’est le mode de la paix, de l’âme qui a tout donné à Dieu et qui est tout pour lui. Il exprime une gravité majestueuse, un équilibre royal.

  • 2ème  mode : tonique RÉ, dominante FA « Tristis » – le subjectif : très recueilli, profond, ardent. Il peut devenir enthousiaste, son expression de l’allégresse demeure cependant très intense et réservée. Très contemplatif.

  • 3ème  mode : tonique MI, dominante SI « Mysticus » – mystique, contemplatif : amplitude et immensité

  •  4ème  mode : tonique MI, dominante LA « Harmonicuus » – le mode intérieur : extatique, il transpire la paix et la force.

  • 5ème  mode : tonique FA, dominante DO « Laetus » – joyeux : Il exprime les élans de la joie sous toutes ses nuances.

  •  6ème  mode : tonique FA, dominante LA « Devotus » – piété : ce mode manifeste l’admiration, supplication, sérénité et confiance.

  • 7ème  mode : tonique SOL, dominante RÉ « Angelicus» – enthousiasme juvénile : c’est le mode de l’allégresse.

  • 8ème  mode : tonique SOL, dominante DO « Perfectus » – la plénitude : il est calme, reposant et pacifiant.

…..

    Chaque mode induit donc un état d’esprit différent.

….

    Pour Marie-Louise Aucher chaque mode rentre en interaction avec la portée corporelle et affective. Chaque pièce créée de par l’ensemble de ses notes, une « ambiance corporelle », qui apporte un potentiel de ré-harmonisation  sur les plans physiques, psychiques et spirituel.

….

   Le chant grégorien pareil à l’archer qui tire sa flèche….vise une direction….est le chemin de l’équilibriste et aussi celui de l’alpiniste….il met en œuvre  l’intention …la focalisation…la tension juste vers une cible jamais atteinte…hors de portée.

….

    Les pièces grégoriennes sont emplies d’ornementations…de mélismes… ceux-ci servent à  amplifier une syllabe par un groupement de notes qui peut aller jusqu’à une phrase musicale complète.

    Le mélisme a une signification liturgique. La louange liturgique n’est pas humaine, c’est la louange céleste qui exprime la joie éternelle et divine. Cette joie est inexprimable, et pour la libérer de l’imperfection des mots, elle est représentée par un long mélisme sans paroles.

…..

 «Celui qui jubile ne peut s’exprimer par des mots»

St Augustin 

….

    Dans les pièces grégoriennes la composition musicale porte le texte…elle le met en valeur…lui donne force, éloquence et profondeur…et conduit à s’adresser à directement à Dieu…à prier…

….

     Le grégorien  m’emmène…me porte vers des contrée inconnues…paysages vallonnés…tourbillons…parfois il m’élève…me montre un chemin inconnu…parfois encore je me sens reliée…englobée dans quelque chose de majestueux…de mystérieux… d’infini…par un texte qui porte une parole qui s’adresse à Dieu je renoue des liens de plus en plus cohérents…fins et authentiques avec ce qu’étaient mes prières d’enfant. Et là dans cet espace re-naît une parole qui tient du sacré.

….

samādhisiddhiḥ-īsvarapraņidhānāt

Aphorisme II.45, Yoga-sūtra de Patañjali

..

….